Histoire du Balnéaire / History of Swimwear (3)

ENGLISH VERSION AT THE END 

mini fr flag

Histoire du maillot de bain, 1930/1935

.

Les années folles (1919/1929) qui avaient débuté au sortir de la première guerre mondiale, vont se terminer au son de la cloche de Wall Street, le jeudi 24 octobre 1929, appelé «jeudi noir». La plus grande crise économique du XXème siècle sera fulgurante et d’une violence encore inconnue dans le monde de la finance. En cinq jours, le pays le plus puissant du monde est ruiné. La pauvreté et le chômage explosent. Cette crise économique, connue sous le nom de «grande dépression», ne concerne dans un premier temps que les États-Unis, mais très rapidement, dès 1931, l’Europe est touchée, puis par effet domino, le reste du monde.

46611240_newspaper_getty512

C’est dans ce contexte extrêmement morose que curieusement, l’industrie du balnéaire réussira à exister et même à prospérer. Les bains de mer sont à la mode chez les nantis, qui trouvent là une activité nouvelle propre à occuper leur oisiveté. Pour les classes populaires, les bains de mer sont une activité gratuite donnant un maximum de plaisir à toute la famille, dans le peu de loisirs qui leur sont accordés. Les années 30 verront la rencontre d’un tourisme aristocratique flamboyant et d’un tourisme populaire naissant.

Les années 30 seront aussi la décennie des modes, comme le Pyjama de plage, le bronzage, le maillot dos nu, et surtout l’avènement du maillot de bain deux pièces. La décennie verra aussi l’invention des parcs d’attractions nautiques et celle de deux fibres miraculeuses qui révolutionneront la fabrication balnéaire, le Lastex et le Nylon. On découvrira les premières huiles solaires, et enfin l’année 36 rentrera dans l’histoire en étant l’année des congés payés, marquant  l’explosion de l’industrie balnéaire et la démocratisation des bains de mer.

Le Pyjama de plage

Attribué à tort à Gabrielle Chanel qui n’en sera que la représentante sur les plages de Deauville et de Biarritz, la mode du Pyjama de plage remonte à 1926, et se situe sur la plage italienne  du Lido de Venise. Quatre hôtels, dont le plus recherché, l’«Excelsior Palace», se partagent cette plage qui est à la fin des années 20, le lieu de villégiature estival de tout le Gotha et des milliardaires de tous pays.

On y parle toutes les langues -surtout anglais-, on paye en dollars, on joue des fortunes, on organise des fêtes fastueuses. Une publicité de 1926 vante les avantages de cette plage en ces termes « Le Lido, la plage du soleil et des pyjamas.

L'officiel-de-la-mode---n°73-de-1927---page-8Publicité de la Plage du Lido en 1927 « La plage du Soleil et des Pyjamas »

Le Lido, c’est le triomphe de la couleur, l’azur intense, l’Adriatique irradiée, les maillots et les pyjamas chatoyants… Sur le sable d’or, douces sont les heures de nonchalance, et les corps, sous les rayons ardents prennent l’aspect du bronze. »

Le maître mot de cet «Italian Life Style» est excentricité. Pour exister, il faut se faire remarquer et la compétition est âpre. C’est dans ce contexte que la mode du Pyjama de plage va naître.

L'officiel-de-la-mode---n°62-de-1926---Un groupe de riches touristes américains en 1926

D’abord porté par les hommes, le pyjama de nuit, classique, à rayures, sera le must des excentricités du petit déjeuner. Très vite adopté par les femmes, le Pyjama deviendra rapidement une pièce Haute Couture, Worth, Patou, et Rochas entre autres, faisant de ce nouveau venu dans la garde-robe féminine, un must de la fin des années 20.

1930s-dessin-pyjamaDessin de Mode de 1930

La côte d’azur, l’ancienne Riviera, qui était en retard sur les plages du nord dans l’essor des stations balnéaires, va devenir, climat et végétation aidant, le littoral le plus apprécié des gens célèbres et fortunés. Sa proximité avec Venise et sa fréquentation en feront le terrain d’expansion le plus propice au Pyjama. De nombreuses villes côtières sacrifieront à cette mode, Nice en étant une de ses plus dignes représentante, mais de toutes les stations de la côte, il en est une qui va en devenir sa capitale : Juan les Pins.

1930s-Pyjamas-de-plageLa Mode du Pyjama sur la Côte d’Azur en 1930

Appelée Pyjamapolis en Français et pour les très nombreux anglais, Pyjamaland, cette petite ville côtière va devenir dès 1930 la capitale incontestée de cette nouvelle folie balnéaire. Fréquentée par Scott Fitzgerald, Charlie Chaplin, Picasso ou Marlène Dietrich, cette station va devenir une des capitales de la mode. Voici ce qu’en dit le journaliste Robert de Beauplan dans l’Illustration d’août 1931: « Il est une ville de France, où pendant une longue saison d’été qui commence avec le début du printemps pour ne s’achever qu’avec la fin de l’automne, la rencontre d’une femme en robe est une curiosité qui attire le regard des passants. C’est à proprement parlé, Pyjamapolis. C’est à Juan que le pyjama -féminin s’entend- est né, il y a deux ou trois ans environ. Il a envahi d’autres plages, mais sans les conquérir aussi absolument. Il ne s’imposa pas sans quelque résistance, car il avait affaire à forte partie. Le costume de bain, propice à l’héliothérapie, se répandait indiscrètement jusque dans les rues de la ville, les bars et les dancings. Désormais, le maillot a repris sa destination: il ne sert plus qu’aux bains-de mer ou de soleil. Mais partout ailleurs, et sur la plage même, le pyjama a affirmé sa suprématie.

Colorized-early-30s-postcard-of-fashionable-beach-pyjama-wearing-holiday-ers-on-the-Cote-DAzure-2Groupe de « Pyjamas » sur la Promenade des Anglais à Nice en 1930

Le premier moment de surprise passé, on ne peut rester insensible à la grâce harmonieuse de sa ligne, au chatoiement de ses couleurs vives et à l’ingéniosité inépuisable de ses agencements. Il donne à la femme une allure inédite, plus libre, plus délurée et dont le laisser-aller reste toujours de bon ton. L’ampleur de ses pattes d’éléphant contribue à affiner la silhouette et forme, avec le vaste chapeau de paille dont les élégantes le complètent, un ensemble décoratif. Il y a le pyjama classique: pantalon de jersey bleu, petite chemisette de tricot à col ouvert et à quart de manche de couleur crue, verte, bleue, rouge ou jaune serin. Il y a le pyjama plus habillé, si l’on peut ainsi dire, car il est beaucoup plus décolleté, surtout dans le dos. C’est la tenue d’après-midi, pour les visites, le thé, le dancing et le cocktail. Il y a enfin le pyjama du soir, que l’on pourrait prendre de loin pour une robe lorsqu’on le surprend dans les salons du casino, mais auquel un pas un peu vif de fox-trot suffit à restituer son originalité. »

Loretta-Young-wearing-1930s-beach-pajamasPyjama de soirée en 1930

Ce que ne dit pas ce journaliste, trop occupé à décrire les habitudes balnéaires d’une haute société autarcique, c’est que le Pyjama, même s’il ne fut jamais complètement populaire, pouvait se porter de façon plus décontractée, sur un maillot de bain par exemple, accompagné parfois d’un simple chemisier.

La mode étant par essence passagère, le pyjama fut rapidement oublié, les modes du bronzage et des maillots de bain deux pièces prenant le relais.

La mode du Bronzage

Bien que l’héliothérapie date de 1890 et que l’on connaisse tous les bienfaits du soleil pour le corps humain, dans la bonne société, il est de bon ton de se protéger et de ne surtout pas s’exposer à ses rayons, montrant ainsi la différence entre les classes supérieures et les classes laborieuses, paysans et ouvriers du bâtiment notamment, qui exercent leur activité en plein air et qui ont le teint halé.

Il faudra attendre les années 20 pour voir un retournement de tendance. Ce changement radical, c’est en partie à Coco Chanel qu’on le doit, car non contente de bousculer la mode en inventant «la garçonne», elle porte elle-même les cheveux courts et des pantalons, et balaie les codes séculaires en arborant un teint halé au retour d’un voyage sur la côte d’azur. Il serait inexact de n’attribuer cette mode qu’à Gabriel Chanel, ce serait minimiser les conséquences de la diminution de tissu des maillots de bain depuis une décennie. En 1900, il était simple de ne pas bronzer, le corps était entièrement recouvert, mais en 1920, comment se baigner avec des maillots qui ne cessent de raccourcir sans être halée. Alors puisque c’est dans l’air du temps, bronzons!

1928-hotel-lido-venise-hprints-comPublicité du Lido de Venise « La Plage des Bronzes Vivants » en 1928

Si cette nouvelle mode est un succès incontournable des années 30, il faut signaler que dès les années 25, toujours au Lido de Venise, qui décidément était très en avance, le bronzage était un must pour tous ceux qui se réclamaient de l’élite. La publicité de l’été 1926 trouvée dans l’officiel de la mode s’autoproclamait «Le Lido, la plage des bronzes vivants», et un article décrivait l’heure du bain en ces termes : «Les bains se succèdent, ils sont de deux sortes, bains de mer et de soleil et se complètent utilement. La teinte d’ocre foncée que prend la peau des jeunes athlètes et des girls solides étendues sur le sable est du à une longue exposition aux rayons lumineux, à une cuisson prolongée, le mot n’est pas trop fort, car a certaines heures, la plage privée de l’Excelcior prend des figures de rôtisserie humaine.»

1930-vogue-jean-patou-cosmetics-(1927)-huile-de-chaldee---Copie

Jean Patou, un des premiers couturiers à s’être intéressé à la folie des bains de mer et du bronzage, sera le précurseur en matière d’huiles et de crèmes solaires. En 1927, il créé la première huile protectrice « Huile de Caldée », qui protège (un peu) des coups de soleil. Si ce premier produit n’est pas très efficace, il a au moins l’avantage de sentir divinement bon. Ses senteurs fleuries deviendront rapidement un parfum, « Chaldée », encore vendu aujourd’hui. De nombreuses petites marques s’essaieront sans grande réussite à la mise au point du produit miracle, et il faudra attendre 1935 pour découvrir « Ambre Solaire », un des premier succès internationaux de la firme l’Oréal.

Vogue-ete-1930

La petite histoire raconte les circonstances de son invention: Eugène Schueller, un chimiste alsacien, fondateur de L’Oréal (qui allait devenir le numéro un des cosmétiques dans le monde) régatait régulièrement l’été à bord de son voilier « L’edelweiss », et bien que son terrain de jeux nautique soit les eaux bretonnes et britanniques, il prenait souvent des coups de soleil. Eugène Schueller teste alors toutes les huiles disponibles sur le marché et constate qu’aucune n’est réellement efficace. C’est alors qu’il charge ses ingénieurs chimistes de plancher sur le filtre magique, un produit protecteur qui permettrait de bronzer sans brûler. En quelques mois la formule est trouvée, « Ambre Solaire » est née. Vendue dès 1935, ce n’est que l’année d’après que l’huile magique deviendra un immense succès, la révolution des congés payés de 1936 étant un accélérateur inattendu et un formidable vecteur marketing. Vendue pendant des décennies à grands renforts de publicité, « Ambre Solaire » sera pour toujours, le symbole des vacances au bord de la mer de l’après-guerre.

La mode des maillots de bain dos nus

Puisque la mode est au bronzage, les femmes vont chercher à faire bronzer le maximum de leur épiderme, et puisqu’il n’est pas encore question de scinder le maillot de bain en deux pièces (ça ne tardera pas), le seul endroit où l’on peut encore grappiller quelques centimètres carrés de tissus est le dos du maillot. Le début des années trente sera donc placé sous le signe du « dos nu ».

La marque américaine Jantzen, qui est devenue, depuis sa création en 1910, leader mondial du swimwear, va lancer en 1931 son interprétation du dos nu en deux modèles, le Sunaire et le Shouldaire, tous deux biens évidement tournés vers un ensoleillement maximum.

ad-Jantzen-sunair-nuitsdesatin.com ad-Jantzen-shouldaire- 1931-nuitsdesatin.com

Le Sunaire est un maillot dos nu intégral, tenu par deux bretelles verticales, et une horizontale servant de fermeture au soutien-gorge. Ce sera le maillot de bain une pièce le plus dénudé jamais fabriqué.

1932lorettayoung Jantzen shouldaireg

Le Shouldaire, qui aura plus de succès, est un maillot classique, très échancré dans le dos, et conçu pour être porté d’une façon descente (pour l’époque), mais en baissant les bretelles pour ne pas avoir de marque de bronzage (en fait, ce que font aujourd’hui, toutes les femmes sur toutes les plages du monde). Ce geste banal est en soi une révolution pour l’année 1931 quand on se remémore que vingt ans plus tôt, il était difficile d’apercevoir un mollet. Cette mode du dos nu sera, comme toutes les modes, éphémère, car une autre révolution pointe à l’horizon des années 1935, le maillot de bains deux pièces, qui devra encore attendre une dizaine d’année pour qu’on l’appelle Bikini.

1930-shoudaireg-(1)Publicité pour le Shouldaire et son mode d’emploi…

A suivre dans notre prochain chapitre :

1931, invention du Lastex, appelée « la fibre miraculeuse », elle va permettre à tous les baigneurs du monde, de s’affranchir de l’hégémonie des maillots de bain en laine. 1935, évolution/révolution du balnéaire, le «deux pièces» est né. Enfin, quand l’histoire avec un grand H rejoint l’histoire du balnéaire : 1936, les congés payés et la folie populaire des bains de mer.

Texte : © Patrice Gaulupeau/Nuits de Satin

gb_drapeau

History of Swimsuits, 1930/1935

The Roaring Twenties (1919/1929) started at the end of WW1 and ended in Wall Street, during Black Thursday. It was the greatest economic crises of the 20th century, and it hit the financial world with unprecedented violence. Within five days, the strongest country in the world was ruined. Poverty and unemployment skyrocketed. This crisis, also known as the Great Depression, was first restricted to the United States. But soon enough, after 1931, Europe was affected too, as was the rest of the world thanks to a domino effect.

46611240_newspaper_getty512

Surprisingly enough, the industry of swimwear managed to bloom in this dark situation. Bathing was popular among the affluent as they saw in it a new activity to keep their idle life busy. To the lower classes, it was a free activity that entertained the whole family. Two kind of tourism appeared in the 30s: one was aristocratic, the other consisted of the working classes.

The 30s were also the decade of fashion, with new trends such as pajamas worn at the beach, tanning, backless swimsuits, and above all the ascension of the two-piece swimsuit. At the same time, water parks were created, as well as two fibers that were a revolution for swimwear –Lastex and Nylon. The first sunscreens were also starting to appear on the market. 1936 was a decisive year as paid vacations were established, which led to a booming of the swimwear industry and the democratization of bathing.

The Beach Pajamas

Wrongly attributed to Gabrielle Chanel, who just wore them at Deauville and Biarritz beaches, the beach pajamas trend dates back to 1926, in the Italian beach the ‘Lido of Venice’. Four hotels, including the most sought-after ‘Excelsior Palace’, shared this beach that was, at the end of the 20s, a meeting point for the worldwide elite and billionaires.

Every language was spoken there, especially English, and the main currency was in dollars. It was a place of gambling and partying. An ad from 1926 presented this beach as ‘The Lido, the beach of sun and pajamas.

L'officiel-de-la-mode---n°73-de-1927---page-8Ad for the Lido beach, in 1927 ‘The beach of Sun and Pajamas’

The Lido is the triumph of color, azure, the radiant Adriatic, bright swimsuits and pajamas … Sweet are the idle hours spent on the golden sand, and the bodies take the aspect of bronze under the raging sunlight.

The keyword in this ‘Italian Life Style’ was eccentricity. To matter, people had to be noticed and the competition was tough. The beach pajamas were created in this peculiar background.

L'officiel-de-la-mode---n°62-de-1926---A group of rich American tourists in 1926

First worn by men, the classic and striped night pajamas were the must of eccentricity at breakfast. They were quickly adopted by women and became a Haute Couture item –Worth, Patou and Rochas turned it into a must-have in women’s wardrobes at the end of the 20s.

1930s-dessin-pyjamaFashion Draw 1930

The French Riviera was late at first in developing sea resorts, compared to the beaches in the north. But thanks to the climate and the vegetation, it quickly became the rich and famous’ favorite coastline. Its proximity to Venice made it the most suitable place of expansion for the pajamas. Many coastal cities picked up this trend; Nice was one the most emblematic, but the real capital of the pajamas was ‘Juan les Pins’.

1930s-Pyjamas-de-plageThe trend of Pajamas on the Riviera in 1930

Called ‘Pyjamapolis’ in French and ‘Pyjamaland’ in English, this small city became in 1930 the uncontested capital of this new swimwear craze. It was frequented by the likes of Scott Fitzgerald, Charlie Chaplin, Picasso and Marlene Dietrich. This is what a journalist, Robert de Beauplan, said about it in 1931: ‘There is a town in France, where summers start at the beginning of Spring and ends at the end of Autumn. There, you can see women wearing strange dresses. It’s strictly speaking Pyjamapolis. The feminine pajamas were born in Juan, two or three years ago. The trend invaded other beaches but did not conquer them just yet. Swimsuit spread up to the streets, bars and dancing places. Now, it went back to being only worn for bathing or sunbathing. But everywhere else, even on the beach, pajamas took over.

Colorized-early-30s-postcard-of-fashionable-beach-pyjama-wearing-holiday-ers-on-the-Cote-DAzure-2A group of ‘Pajamas’  on the Promenade des Anglais in Nice in 1930

After the initial shock, we cannot remain indifferent to the harmonious grace of the figure, the brightness of the colors, the cleverness of the layouts. It gives women an unprecedented look, more free, cheekier, and its relaxed attitude always remains tasteful. The flare bottoms make the figure look slimmer, and it looks nicely dressed with straw hats as a finishing touch. There are classic pajamas: bleu jersey pants, a light shirt with an open collar and quarter-length sleeves in ecru, green, blue, red or canary yellow. There are more dressed-up pajamas: more low-cut, especially in the back. It’s the afternoon outfit, for visits, tea, dancing and cocktails. There are also night pajamas, which look like dresses from afar when you see it in casinos until you see the person dance quickly the fox-trot and then, there’s no mistaking.’

Loretta-Young-wearing-1930s-beach-pajamasEvening Pajama in 1930

What this journalist fails to say is that even though pajamas were never fully accepted, they could be worn casually over a swimsuit for instance, along with a simple shirt.

Fashion being in essence temporary, pajamas were quickly forgotten and the trends of tanning and two-piece swimsuits took over.

The Trend of Tanning

Even though heliotherapy dates back to 1890 and the benefits of the sun were well known, it was good form among high society to keep away from the sunlight. It was a way of pointing out the differences with the working classes that had to work outside and thus had tanned skin.

Only after the 20s was there a change in this trend, partly due to Coco Chanel. Not only did she invent the ‘flapper’, wore short hair and pants, she also displayed a tan complexion when she came back from a trip on the Riviera. But it would be inaccurate to credit Gabrielle Chanel solely with this new trend, as this would minimize the consequences of the swimsuits getting shorter over the decade. In 1900, it was easy not to get tanned as the body was fully covered, but in 1920 it became much trickier when people were bathing in short suits.

1928-hotel-lido-venise-hprints-comAd of the Lido of Venise ‘The Beach of living bronze’ in 1928

This trend might have been a success in the 30s, it was already a must in 1925 in the ‘Lido of Venice’ (again) for all of those who claim to be part of the elite. A summer ad from 1926 in the magazine ‘L’officiel de la mode’ stated that ‘The Lido is the beach of living bronze’. An article described bathing: ‘There are two kind of bathing succeeding and completing each other –sea bathing and sunbathing. The ocher shade on the young athletes and girls’ skin is the consequence of a long exposure to the sun –an extended cooking even. The word is not too strong, as at some hours Excelsior’s private beach becomes a genuine human steakhouse’.

1930-vogue-jean-patou-cosmetics-(1927)-huile-de-chaldee---Copie

Jean Patou, one of the first designers to take an interest in the bathing and tanning crazes was the pioneer of sunscreens. In 1927, he created the first protective oil ‘Caldée Oil’, which (hardly) protected from sunburns. This product might not have been efficient, but it smelt divine. The flowery scents were quickly made into a perfume, ‘Chaldée’, still sold nowadays. Many small brands tried and failed to create a magic product, until 1935, when ‘Ambre Solaire’ was invented, one of the first international successes of l’Oréal.

Vogue-ete-1930

There is a story behind its creation: Eugene Scueller, a chemist and the funder of l’Oréal (which was about to become number one in cosmetics in the world) was frequently sailing in the summer on his boat named ‘Edelweiss’. Although he was used to sailing in Britany, he often suffered from sunburns. Eugene tried every oil available on the market and noticed none of them was really efficient. He then asked his chemists to find a magical filter that would allow tanning without burning. Within a few months, he found a formula and ‘Ambre Solaire’ was born. Sold since 1935, it took a year for this magic oil to be a tremendous success –the paid vacations in 1936 accelerated the business, being a great marketing asset. ‘Ambre Solaire’ has been sold for decades, with heavy promotion, and will forever be the symbol of vacation in the beach during the post-war period.

The trend of backless swimsuits

Since tanning was in vogue, women tried to have as much skin tanned as they possibly could. And since it was not yet conceivable to cut the suits into two pieces, the only place the swimsuits could get shorter was the back. Thus the 30s were dominated by backless swimsuits.

The American brand Jantzen, which became since its creation in 1910 the worldwide leader in swimwear, launched in 1931 its rendition of the backless through two designs, the Sunaire and the Shouldaire.

ad-Jantzen-sunair-nuitsdesatin.com ad-Jantzen-shouldaire- 1931-nuitsdesatin.com

The Sunaire was a complete backless swimsuit, hold by two vertical straps and one horizontal which helped seal the suit. It was the most revealing swimsuit ever created.

1932lorettayoung Jantzen shouldaireg

The Shouldaire was more successful. It was a classic swimsuit, very low-cut in the back, but still decent. The straps could be lowered in order not to have sun-tan lines (basically what any woman does nowadays). This was revolutionary at that time (1931) when you think that twenty years ago you could barely see a leg on the beach. This backless fashion eventually disappeared too, taken over in 1935 by the two-piece swimsuit that would ten years later be called ‘Bikini’.

1930-shoudaireg-(1)Ad for the Shouldaire and its user instructions

Next: 1931, the invention of Lastex, also called ‘the magic fibre’, which enabled every swimmer in the world to get rid of woolen swimsuits. 1935, a revolution in swimwear: the two-piece swimsuit was born. And finally, when History meets the history of swimwear: 1936, paid vacations and the craze of the people for bathing.

Text: © Patrice Gaulupeau/Nuits de Satin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s